Informations sur le mélanome et autres cancers de la peau

Actualité scientifique

Un mécanisme épitranscriptomique est à la base d’un remaniement sélectif de la transcription de l’ARNm dans les cellules persistantes du mélanome

Les cellules cancéreuses persistantes   tolèrent les médicaments anticancéreux et servent de bases à la résistance acquise et à la rechute du cancer. Ici, nous montrons qu’une sous-population de cellules  de mélanome BRAFV600 qui tolère l’exposition aux inhibiteurs de BRAF et MEK subit un remaniement réversible de la transcription de l’ARNm qui évolue en parallèle avec la sensibilité des médicaments. Bien que ce processus soit associé à une réduction globale de la synthèse des protéines, un sous-ensemble d’ARNm est traduit de façon plus efficace dans ces cellules persistantes. Inhiber l’hélicase d’ARN eIF4A, un composant du complexe eIF4E qui contrôle l’’initiation de la traduction des protéines, abroge cette traduction sélective   et est mortelle pour les cellules persistantes. Le remaniement de la traduction dans les cellules persistantes est associé à une modification de la méthylation dans la région 5’ non transcrite de certains ARNm fortement traduits. La combinaison de l’inhibiteur eIF4A avec les inhibiteurs BRAF et MEK inhibe efficacement l’émergence de cellules persistantes et peut représenter une nouvelle stratégie thérapeutique pour prévenir la résistance acquise aux médicaments.

 auteurs:

Shensi Shen 1*, Sara Faouzi1,2, Amandine Bastide 3, Sylvain Martineau4,5,6, Hélène Malka-Mahieu4,5,6,

Yu Fu1,2, Xiaoxiao Sun7, Christine Mateus8, Emilie Routier8, Severine Roy8, Laurent Desaubry9,

Fabrice André 1,2, Alexander Eggermont2, Alexandre David3, Jean-Yves Scoazec 2,

Stéphan Vagner 4,5,6,8* & Caroline Robert1,2,8*

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION