Informations sur le mélanome

Juillet 2018 - Le diagnostic des cancers à un stade où ils ne sont pas encore très développés garantit une meilleure efficacité de la prise en charge, ceci étant particulièrement vrai pour le mélanome où le traitement chirurgical précoce est pratiquement synonyme de guérison. Ces constatations ont conduit à mettre en place des campagnes de dépistage de certains cancers pour lesquels on dispose de méthodes de diagnostic et de traitement éprouvés. C’est le cas par exemple pour les cancers du sein ou encore du côlon : les  programmes de dépistage concernent ici l’ensemble de la population dans certains groupes d’âge.  

Juin 2018 - Pour faire un diagnostic de mélanome, il faut idéalement un dermatologue expérimenté et entraîné…Malheureusement, même avec de telles qualités il arrive que des praticiens échouent à reconnaître la tumeur en particulier à un stade précoce, c'est-à-dire alors que les chances de guérison sont maximales. 

Mai 2018 - Le traitement des mélanomes à un stade avancé, c'est-à-dire avec des métastases, a été révolutionné au cours des deux dernières décennies par la mise au point de nouveaux médicaments et en particulier de molécules capables d’agir sur le système immunitaire pour lui permettre de mieux combattre le cancer. Ces nouvelles immunothérapies, encore appelées « inhibiteurs de checkpoint immunitaire » peuvent ainsi prolonger la vie de nombre de malades.

Avril 2018 - Le dépistage du cancer cutané permet sans aucun doute de déceler des tumeurs peu évoluées, qui pourront être guéries grâce à une simple intervention chirurgicale. Un examen régulier de la peau est fortement recommandé pour les personnes appartenant à des groupes à risque : peau claire, exposition importante et durable au soleil avec notamment des coups de soleil dans l’enfance, antécédents de cancer de la peau personnels ou dans la famille, nombreux naevus…

Décembre 2017 - Lors des dernières journées dermatologiques de Paris (12 au 16 décembre 2017), le Pr Céleste Lebbé, de l’hôpital Saint Louis (Paris) a évoqué « tout ce qui s’est passé en 2017 », en ce qui concerne le mélanome.

Janvier 2018 - Les tatouages sont très à la mode actuellement et l’on estime qu’un quart de la population entre 18 et 59 ans arbore ces décorations aux USA. Le phénomène est un peu moins répandu en Europe mais concernerait tout de même 10 à 15 % des personnes dans la même tranche d’âge et 25 % des moins de 30 ans, en France par exemple. Au-delà de sa signification socioculturelle qui reste débattue, cette tendance n’est malheureusement pas sans risque pour la santé. En effet les composants chimiques des encres utilisées pour réaliser les tatouages ont tous une toxicité potentielle propre parfois encore mal connue. On sait qu’ils peuvent provoquer des allergies et des inflammations chroniques. Mais présentent-ils un danger en terme d’apparition de cancer de la peau ?

Février 2018 - On dispose désormais de traitements actifs pour le mélanome malin de stade avancé compliqué de métastases : ce sont les thérapies ciblées et les immunothérapies. Récemment des études ont montré que les immunothérapies prescrites aux patients avec un mélanome à haut risque (stade III) avant l’apparition de métastases, permettait d’améliorer significativement le pronostic en procurant en particulier une survie prolongée.

Qu’en est-il avec les thérapies ciblées ?

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION